Angleterre Vivre à l'étranger

20 choses que les Anglais font mieux que nous… et vice versa

9053 vues
Vivre en Angleterre

Aucun pays n’est parfait, mais s’immerger dans une autre culture sur le long terme veut toujours dire découvrir des choses qui nous plaisent, parfois même plus que dans notre pays d’origine. D’autres manières de vivre, de penser, de manger, de déclarer ses impôts ou même de prendre les transports en commun ! Après plusieurs années passées en Angleterre, j’ai appris à préférer certains traits de la British way of life, et à être nostalgique de certaines choses en France, grandes ou petites.

Certains des points mentionnés ci-dessous vous étonneront peut-être, d’autres pas, mais tous sont le fruit d’une expérience personnelle, la mienne. Une liste dressée surtout sur le ton de l’humour mais pas seulement, et qui met en avant certains éléments importants de la culture anglaise, parfois à contre-courant de ce que j’aurais imaginé avant de venir vivre en Angleterre.

Cliquez sur le menu ci-dessous pour être renvoyé directement à la partie correspondante :

20 choses que les Anglais font mieux que les Français

20 choses que les Français font mieux que les Anglais


20 choses que les Anglais font mieux que les Français

Vivre en Angleterre

Faire la queue

On ne peut pas enlever ça aux Anglais : ils savent comment faire la queue (queuing, en Anglais). A l’arrêt de bus, dans les magasins, sur le quai du métro, en vacances ou en se rendant au travail : les files d’attentes sont toujours parfaitement ordonnées, et se forment de manière spontanée dans toute situation qui impliquent plus d’une personne dans un espace public. Et gare à vous si vous pensiez doubler…

Le lait

L’une des choses qui rend toujours les Anglais tristes quand ils sont à l’étranger : devoir boire du lait en brique. Ici, le lait s’achète frais, directement dans les rayons réfrigérés des supermarchés. Et c’est vrai, après quelques années, je ne peux que l’admettre : le lait frais Anglais est vraiment bon.

Les impôts

Au Royaume-Uni, pas de déclaration d’impôts : ils sont prélevés à la source et une fois par an, le trésor public vous envoie un chèque créditeur si vous avez payé trop d’impôts. Pas de paperasse, pas de mauvaise surprise, le système fonctionne bien !

Les musées gratuits

Imaginez le Louvre, le Musée d’Orsay ou le centre Pompidou gratuits, 365 jours par an. Je ne me lasse pas de visiter tous les musée Anglais gratuitement, aussi grands et prestigieux soient-ils. Il existe un système de donation optionnel, où le visiteur donne ce qu’il peut / veut, ce qui signifie que ceux qui ont des moyens plus restreints peuvent se rendre dans les plus beaux musées du pays, sans avoir à payer un seul centime, grâce aux donations des autres visiteurs. L’accès à la culture pour tous, le vrai ? A noter : seules les collections permanentes sont gratuites. Les expositions temporaires sont elles, la plupart du temps, payantes.

Boots

Les Anglais se moquent de moi à chaque fois que je leur dis que j’aime Boots, mais j’adore cette chaîne de magasins : à la fois pharmacie, parapharmacie et magasin de cosmétiques, on y trouve tout au même endroit, des premiers prix aux produits hauts de gamme. Et la carte de fidélité, gratuite, est la meilleure que je connaisse. Je reste fan.

Les bus

Les bus à double étage (double decker buses) sont quand même d’une classe folle. J’adore être assise en haut et voir ce qui se passe dans la rue, comme depuis un perchoir.

La culture d’entreprise

J’aime le fait qu’en Angleterre, les hiérarchies se font moins sentir qu’en France. Pas de “Bonjour Madame Dupont” pompeux pour commencer les emails de travail (même destinés à votre supérieur ou à un client que vous n’avez jamais rencontré de votre vie). Les gens s’appellent par leur prénom, vont au pub ensemble le vendredi soir (du directeur au stagiaire) et sont plus libres sur la manière de s’habiller. Le PDG de ma première entreprise londonienne venait au travail en short et tongues l’été, et les performances de l’entreprise n’ont pas chutées. Un vrai miracle.

La télévision

Selon moi, un gros plus de la culture populaire anglaise : les programmes télé sont très bons, qu’il s’agisse de divertissements, de documentaires, des chaînes d’information ou de séries télévisées (Skins, Fresh Meat, Peep Show, The Office, House of Cards… La liste est longue !). Globalement, je trouve le niveau plus élevé, et j’aime surtout leur capacité à traiter de sujets sérieux avec moins de tabous et plus d’humour, et de manière moins ”poussiéreuse” qu’à la télévision française.

Les prêts étudiants

Il s’agit de prêts d’état (pas de banques privées, comme en France), que les étudiants ne commencent à rembourser que lorsqu’ils ont trouvé un emploi. Peu importe si cela leur prend plusieurs années après l’obtention de leur diplôme, l’état ne fixe pas de date limite pour commencer à rembourser. L’argent est pris directement à la source sur le salaire mensuel, et la somme à rembourser est calculée au prorata du salaire de l’employé. Les personnes gagnant un salaire inférieur à 21,000£ par an ne remboursent rien, et si l’on gagne soudainement moins (reconversion professionnelle par exemple), on rembourse moins. Si une personne perd son emploi ou décide de démissionner, l’état arrête les prélèvements immédiatement, et ce aussi longtemps qu’il faut à la personne pour retrouver un emploi. Simple, humain et logique. Bien entendu, les études supérieures publiques coûtent moins chères en France, mais c’est un point que j’aborde plus loin (et de nombreuses écoles privées en France coûtent aussi chères, voir plus, qu’en Angleterre). Un système aux antipodes des prêts étudiants français, qui étouffent les jeunes et me mettent très en colère.

Les pubs

J’adore l’atmosphère chaleureuse des pubs, et le fait que l’ambiance y est tout le temps informelle et change du tout au tout en fonction du moment de la semaine où vous vous y rendez. Le vendredi, c’est plutôt les weekly drinks entre collègues ou entre amis. Mais si vous êtes déjà allés dans un pub de quartier un dimanche, vous aurez sans doute remarqué que toutes les générations s’y retrouvent. L’ambiance y est familiale, et tout le monde y est le bienvenue. On peut y rester des heures, on ne vous chassera pas pour libérer la table entre deux services.

Louer un logement

Louer un logement en France relève du parcours du combattant, et demande des locataires des niveaux de garantie que l’on ne trouve pratiquement dans aucun autre pays au monde (je travaille comme consultante pour un fournisseur européen de logements étudiants qui a fermé le marché français pour cause de régulations trop strictes, qui bloquent l’accès au logement à une trop grande partie de la population). Gagner au moins 4 fois le montant de son loyer, des garants, des mois de loyer d’avance, des cautions qui n’en finissent pas d’augmenter… En Angleterre, le marché est beaucoup plus fluide (il protège moins le locataire, c’est vrai, mais incite les propriétaires à baisser les garanties exigées, ce qui permet à plus de personnes de trouver un logement), et je n’ai jamais mis plus de quelques jours à trouver un appartement, où je voulais. Le fameux dossier à la française n’existe pas pour louer un logement en Angleterre (ou il est extrêmement simplifié).

Le métro

Le tube londonien est propre, sûr, et fonctionne globalement mieux que le métro parisien. Je ne me suis jamais faite agressée par des pervers en 4 ans de trajets quotidiens. Les femmes qui prennent le métro à Paris sauront de quoi je parle. Par contre, cela a un prix : il coûte environ 40% plus cher pour un abonnement mensuel (mais il couvre aussi beaucoup plus de territoire, Londres étant géographiquement 10 fois plus grande que Paris).

Les régimes alimentaires

Les vegans, végétariens ou autres personnes avec des allergies alimentaires vivent globalement plus confortablement en Angleterre. Les aliments vendus en grandes surfaces sont clairement étiquetés “Gluten Free”, “Suitable for Vegans”, et les restaurants sont habitués à adapter leur menu dans ce sens. Il paraît que cette ouverture d’esprit viendrait, entre autre, d’une particularité génétique : la population d’origine irlandaise est très présente au Royaume-Uni, et les gènes irlandais sont enclins à développer des allergies alimentaires, notamment au gluten, à cause de plusieurs siècles d’un régime peu varié principalement à base de pommes de terre, ce qui aurait rendu les populations intolérantes au blé.

Le service client

L’accueil dans les magasins britanniques est globalement meilleur, de même que les échanges ou remboursements d’articles, qui ne sont jamais un problème. On fait rarement la queue plus de quelques minutes puisque dès que la file d’attente s’allonge, un autre employé est appelé à la rescousse pour ouvrir une caisse supplémentaire, même dans les petits supermarchés de quartier.

La bière

En France nous avons le vin, mais les Anglais ont la bière ! Le choix disponible est impressionnant et les bières artisanales (IPA par exemple) fleurissent aux quatre coins du pays. La bière est une telle institution en Angleterre qu’elle est également peu chère, même dans les pubs en plein Covent Garden, on peut boire une pinte pour 3£ ou 4£ (ça change des pintes à 10€ des Grands Boulevards).

Le choix des études

Les Anglais sont plus ouverts d’esprit en ce qui concerne les filières d’études en général. La suprématie des maths n’existe pas, ni le cloisonnement des bacs L, S et ES, et il n’est pas plus prestigieux d’étudier les sciences que les langues ou la littérature. Les étudiants en histoire, sciences humaines et sociales ou en zoologie trouvent de très bons postes en entreprise (je connais ces personnes dans la vie réelle, et elles ne sont en rien des cas isolés), et font de belles carrières dans le privé, si c’est ce qu’ils désirent. Mes deux Masters, en sociologie et en relations internationales, qui ne valaient rien en France sur le marché du travail, se sont soldés à Londres par un emploi en marketing qui me passionnait moins de 24h après avoir posé le pied sur le territoire britannique, en CDI, et avec un responsable qui pensait que mon diplôme en sciences humaines était un atout. Sans aucune exagération (je le jure), c’est littéralement ce qui m’est arrivé. Je raconte d’ailleurs cet épisode de mon entretien d’embauche dans l’un de mes récits de voyage intitulé “Working Girl“. La suprématie des études scientifiques et la voie royale des écoles de commerce sont une norme culturelle française, qui n’est pas valable en dehors de nos frontières. Expliquer la domination du bac S (et son concept même) et des écoles de commerce dans l’ancien pays des Lumières à un Anglais, et vous verrez bien sa réaction. Vous pensez que la réaction des Anglais n’est qu’une exception ? La Finlande, dont le système éducatif est officiellement l’un des meilleurs au monde, vient d’annoncer qu’elle supprimait toutes les matières scolaires de son programme. Ca fait réfléchir.

Les cuisines du monde

Les britanniques sont friands de cuisines “exotiques” (comprenez non-anglaises), bien au-delà des cuisines italiennes, indiennes ou françaises (dont ils raffolent également). Des chaînes abordables ouvrent partout pour proposer de la cuisine mexicaine, turque, japonaise, chinoise, libanaise et plus encore. Il est plus facile, je trouve, de manger une “cuisine du monde” grand public, abordable et savoureuse.

Les crackers

Très bons avec le fromage, la variété de crackers proposés au Royaume-Uni est impressionnante, et ils sont souvent délicieux, avec de nombreuses saveurs intéressantes. Ils sont une alternative plus légère au pain (j’espère que je ne viens pas de perdre ma nationalité française en écrivant ces mots ? J’aime toujours la baguette, mais j’aime AUSSI les crackers !).

Leur capitale

J’aime Paris, mais vraiment, Londres est une ville incroyable, qui respire la joie de vivre et l’avant-gardisme (c’était du moins le cas pré-Brexit). Je trouve Londres plus sûre, propre et dynamique que Paris. Détail intéressant : l’un de mes oncles Anglais qui vivait à Londres dans les années 70 m’a appris récemment qu’à l’époque, la réputation des deux villes était inversée. Paris était la capitale belle et branchée, tandis que Londres avait la réputation d’être sale et dangereuse. Les temps changent !

La campagne

C’est peut-être seulement une question d’être meilleur en marketing, et donc de savoir mieux “vendre” leurs pâturages, mais la campagne anglaise (English countryside) est réputée dans le monde entier. Les séries télévisées du type Miss Marple, Downton Abbey ou les romans d’Agatha Christie y sont également certainement pour quelque chose.


20 choses que les Français font mieux que les Anglais

Vivre en Angleterre

La moutarde

La moutarde de Dijon sera, pour moi, toujours la meilleure. Je n’ai jamais pu me faire à la moutarde jaune fluo anglaise. Je passe mon tour.

L’enseignement supérieur public et (presque) gratuit

Si l’enseignement supérieur privé est hors de prix dans les deux pays, les universités publiques françaises, elles, ne coûtent que quelques centaines d’euros par an en frais d’inscription, ce qui rend les Anglais très envieux lorsqu’ils apprennent cela. Depuis la réforme de l’éducation opérée en 2011, ils doivent payer 9,000£ par année académique (au lieu de 3,000£ avant cela, sacrée augmentation), et ce quelle que soit l’université en question ou la discipline étudiée. Imaginez la taille du prêt étudiant moyen pour ceux qui souhaitent faire un Master (fort heureusement pour eux, comme discuté plus haut, le système des prêts étudiants est bien meilleur en Angleterre qu’en France).

Les repas

Les Anglais sont les rois du repas avalé en 20 minutes (surtout le midi) en marchant dans la rue ou vissés devant leur écran d’ordinateur. J’aime bien la tradition, plus courante en France, de s’asseoir pour prendre le temps d’un bon repas. Globalement, les Français prennent plus le temps de manger, quelque soit le repas de la journée.

L’égalité

Le Royaume Uni est un pays démocratique, mais pas avec une république : avec une monarchie, un symbole que j’ai du mal à accepter car il remet en cause l’égalité de tous les citoyens. A ceux qui sortent du chapeau l’argument économique que la famille royale rapporte en tourisme plus qu’elle ne coûte au pays, sachez que c’est un mythe : elle coûte en fait 3 fois plus que ce qu’elle génère. Versailles, le Louvre ou les châteaux de la Loire attirent chaque année des millions de touristes, ce qui signifie que les simples vestiges de la monarchie suffisent à générer du profit… sans imposer aux citoyens un symbole profond d’injustice, totalement désuet au 21ème siècle.

La culture de l’alcool

J’ai assisté, en Angleterre, à des scènes franchement choquantes, d’Anglais complètement saouls en public, hommes ou femmes. J’ai souvent vu des femmes pleurer dans la rue et vomir à 4 pattes sur le trottoir à 23h, la mini jupe remontée jusqu’au nombril, et, un classique, des couples s’insulter en titubant. Chaque Christmas Party à laquelle je suis allée a dégénéré à un moment ou à un autre, avec des employés hurlant des horreurs à leurs responsables ou tripotant leurs collègues de travail. Ces choses-là peuvent arriver partout, mais j’ai l’impression qu’en Angleterre, elles sont socialement plus acceptées et font, en quelque sorte, partie de la fête.

Les trains

Je parle ici des trains longue distance, pas des trains de banlieue. Pardon my French, mais prendre le train en Angleterre est un bordel sans nom. A chaque fois, j’assiste à un drame, à des disputes entre passagers pour savoir qui a volé le siège réservé de qui. C’est la situation du quotidien où j’ai vu le plus d’Anglais perdre leur sang-froid, eux qui ont la réputation d’être si polis. On ne manque pas de ressentir que les trains sont privatisés : les infrastructures datent, il y a donc constamment des erreurs d’affichage sur les réservations, et très souvent une panne générale de l’affichage, avec 500 voyageurs et leurs grosses valises qui se retrouvent avec un numéro de siège qui ne vaut rien. Dans ces cas-là, c’est chacun pour soi, et dieu pour tous.  Les compagnies de train vendent sans cesse bien plus de sièges qu’il n’en existent dans une rame. Vous pouvez donc facilement faire l’équivalent d’un Paris-Marseille assis par terre alors que vous avez payé 150£ pour votre billet. A noter, ce qui relève quasiment de l’exploit au 21ème siècle, qu’il est impossible d’imprimer vos billets de train de chez-vous : il faut les imprimer en gare à une borne (et parfois faire la queue 20 minutes aux 2 machines sur 5 qui fonctionnent – heureusement, vous l’aurez lu plus haut, que les Anglais savent faire la queue comme des chefs), ou payer pour se les faire livrer chez-soi par courrier.

Le prix des transports en commun

Si vous trouvez que votre abonnement mensuel est cher, pensez à ce que payent les Anglais, surtout les londoniens : 150£ par mois pour 2 zones (sur 9). Les personnes vivant en zone 7 à 9 payent jusqu’à 400£ de transports en commun par mois. Les trains grandes lignes sont eux aussi globalement plus chers en Angleterre qu’en France.

Le fromage

J’aime beaucoup le fromage anglais, mais la France possède un éventail de fromages beaucoup plus varié, avec d’interminables variations autour d’un même fromage (pensez simplement à la variété de fromages de chèvre disponibles!).

Le vin

Comme pour le fromage, la variété de vin que l’on trouve au sein de la production française est remarquable, et surtout, puisqu’il s’agit d’un produit “local”, il y est beaucoup moins cher qu’en Angleterre. Outre Manche, il est difficile de trouver une bouteille correcte à moins de 7£ ou 8£.

La santé

La NHS, le service de santé publique en Angleterre, est bon, puisqu’une fois inscrit dans votre cabinet médical de rattachement, vous n’avez pas à débourser un centime pour voir un médecin. Aussi, pour toute maladie grave ou nécessitant une intervention chirurgicale, vous serez traité rapidement et gratuitement. Par contre, réussir à prendre rendez-vous avec un simple généraliste relève du parcours du combattant. Il faut parfois attendre 10 jours pour un rendez-vous de routine, ou bien essayer de décrocher un rendez-vous d’urgence le matin même, mais très souvent, cela s’avère impossible. De plus, les médecins Anglais sont très réticents à prescrire quoi que ce soit en dehors du paracétamol et des anti douleurs, ce qui est bien pour limiter l’addiction aux antibiotiques, mais peut aussi vite devenir complètement contre productif. On se retrouve souvent à traîner une grippe pendant 3 semaines ou à développer des sur-infections à cause d’un généraliste refusant de prescrire quoi que ce soit. Aussi, les généralistes britanniques ne donnent presque jamais d’arrêts maladie. A vous de vous débattre avec votre employeur si vous avez 40° de fièvre et ne pouvez pas venir au travail (oui, même dans ces cas-là, le généraliste ne vous arrêtera pas, mais vous dira de rester chez vous).

Les restos en terrasse

Pour moi, l’essence du mode de vie à la française : prendre un verre avec des amis en terrasse d’un café, et discuter de tout et de rien. Le mieux : lorsque les soirées d’été sont chaudes, et que l’on dîne à la lumière des lampadaires, à l’extérieur.

Les yaourts

Les rayons yaourts des supermarchés français regorgent de centaines de produits différents, ce que je n’ai remarqué qu’après avoir déménagé en Angleterre, et que j’ai trouvé les yaourts bien tristounets.

Les pâtisseries

J’ai tendance à trouver les gâteaux anglais très sucrés, peu savoureux et plein de colorants artificiels, ou fourrés à la crême, quelque soit le parfum. A l’inverse, j’aime beaucoup la variété des pâtisseries françaises : babas au rhum, mille-feuilles, macarons ou religieuses… Ils sont tous différents, mais tous délicieux !

La purée mousseline

Les Anglais raffolent des mashed potatoes, la purée maison qu’ils consomment souvent avec des saucisses, plat traditionnel à consommer au pub qu’ils appellent “Bangers & Mash”. Mais je préfère la purée “à la française”, plus veloutée et douce. J’en mets toujours un paquet dans mon chariot à mon retour en France, ce qui fait rarement l’unanimité auprès de mes amis et de ma famille, qui désapprouvent mon péché mignon pour la purée Mousseline. Peu importe, je persévère.

Les congés payés

Le nombre minimum de congés payés en Angleterre est de 20 jours par an, soit 4 semaines. Beaucoup d’employeurs en offrent entre 21 et 24 à l’embauche, avec parfois un jour supplémentaire à gagner avec chaque année d’ancienneté (avec un plafond tout de même , généralement compris entre 25 et 28 jours). Il a été prouvé que plus de vacances signifie une meilleure productivité en général, et même si les Anglais se moquent souvent des français qui sont “toujours en vacances”, il paraîtrait que nous sommes plus productifs au travail, malgré le nombre plus élevé de congés… Alors pourquoi s’en priver !

Les éponges

Je ne vais pas commencer un débat, mais je tenais à le signaler : les éponges anglaises ne sont pas de la même qualité. A chaque passage en France, j’achète mon lot de Spontex, et j’assume ma honte à la douane.

Picard

Picard n’a pas son égal, et Iceland, l’équivalent anglais, est plutôt bas de gamme. J’attends avec impatience que Picard ne fasse son entrée sur le marché anglais (c’est déjà la cas, très doucement, chez Waitrose).

L’Europe

Même si un référendum organisé en France sur une sortie potentielle de l’Union Européenne aurait sans doute des résultats serrés tout comme Angleterre, l’idée que nous faisons partie de l’Europe est, me semble t-il, beaucoup plus intégrée par les Français que par les Anglais. Même avant le Brexit, j’entendais souvent des Anglais (surtout plus âgés) dire : “Vous en Europe, vous faites les choses de telle manière”, s’excluant du lot. J’ai déjà entendu des Français critiquer l’Europe, mais jamais dire “Eux, en Europe…”. En France, j’ai l’impression que même ceux qui n’aiment pas l’Europe ont conscience d’en faire partie.

Les volets

En Angleterre, peu importe que vous soyez dans une maison victorienne ou un immeuble récent, les bâtiments sont construits sans volets, c’est la règle. Cela fait des années que je dors moins bien qu’en France, car j’ai été habituée depuis mon enfance à une obscurité totale la nuit.

Le climat (mais à peine)

On se moque souvent du climat anglais, mais le Nord de la France, la Bretagne et la Normandie possèdent un climat très similaire, et Paris un climat à peine plus clément que Londres ! Cependant, la totalité du Royaume-Uni possède un climat humide et froid (à différents degrés, il est vrai), tandis qu’en France, on peut bénéficier d’une météo méditerranéenne en allant vers le sud. On y trouve globalement des climats plus variés au sein d’un même pays, ce qui est appréciable.


Un projet de vie expat ou un changement de vie professionelle en vue ? Je suis disponible pour vous aider dans votre projet de vie à l’étranger, quel qu’il soit, et propose des séances d’aide et de discussion par Skype. Je propose également des cours d’apprentissage de l’Anglais de tous les jours, ou relatif à votre domaine professionnel. Pour en savoir plus, rendez-vous sur ma page de contact !

Vous pourriez également aimer les articles suivants :

Découvrez également mes récits de voyage, que j’écris depuis 7 ans, et qui évoquent tous les points mentionnés dans les différents articles présents sur l’Allée du monde.

You Might Also Like

11 Commentaire(s)

  • Reply
    Daphné
    18/01/2017 at 18:34

    très bon article !! Entre rires (que j’ai ri pour les éponges !) et sujets plus sérieux (j’ai appris des choses intéressantes notamment sur la famille royale !). Ça fait voyager 😉

  • Reply
    Map & Fork
    02/03/2017 at 16:11

    Les grands esprits se rencontrent! C’est marrant nous aussi on a publié un article sur l’Angleterre et les anglais il y a quelque temps après notre expérience de vie outre-manche 🙂

    • Reply
      Gabrielle Narcy
      02/03/2017 at 17:28

      Je viens de lire votre article, vraiment très drôle ! Mention spéciale pour les anglaises sans manteau, collants, pull, veste, écharpe, t-shirt en soirée même par -5°, et les robinets 😉

  • Reply
    LECLERCQ
    05/03/2017 at 10:47

    excellent article, plein de bons sens
    Quelques remarques néanmoins
    je ne pense pas que l’on puisse comparer Londres à Paris, géographiquement déjà comparer Londres à l’Ile de France ou à la petite couronne serait plus réaliste. C’est que nous n’avons pas eu de remembrement des terres successifs comme au royaume uni, ce qui fait que même en rase campagne au milieu des champs nous avons des virages à angle droit 🙂
    La différence de dynamisme économique entre les 2 villes est flagrant, j’essaye d’aller à Londres une ou deux fois par an je dois dire que j’en suis presque jaloux cela respire l’activité à outrance comptons les grues par exemple.
    Ces 2 dernières années j’y ai passé le jour de l’an enfin jour de l’an à Londres cela ne veut rien dire tout est ouvert comme un jour normal.
    Tout cela s’appuie sur une foule de petites boulots, des prix élevés mais un personnel pléthorique. Allez dans une station de métro parisienne cherchez les employés, allez dans une station de métro londonienne comptez les !
    On touche là les fondements de deux sociétés totalement différentes avec chacune des avantages et des inconvénients (études, chômeurs non qualifiés indemnisés, absence de middle class,…) dont on pourrait parler des heures.
    Bon je ne sais pas pour le lait mais trouver un yaourt mangeable dans un Tesco est un sujet.
    La culture de l’alcool aussi mais la plupart des personnes salariés ne mangeant pas ou peu à midi sortent tôt et vont au pub (nb: peut être cela qui explique la différence de productivité ? un soir sur deux au moins je bosse chez moi) ce qui doit favoriser cette culture.
    Je ne me lancerai pas sur le débat sur l’Europe… ayant été dès mon plus jeune âge contre ce “machin” mais prenant l’A28 tous les week end (en Normandie) le nombre de citoyen de “sa gracieuse majesté” étant fort nombreux je me dis que le pays ou il fait bon vivre quand on a des sous….

    • Reply
      Gabrielle Narcy
      05/03/2017 at 19:23

      Merci pour vos impressions, et je suis très heureuse que malgré ces quelques points (intéressants à mentionner), vous ayez apprécié l’article. A bientôt ! Gabrielle

  • Reply
    Pat
    12/05/2017 at 10:23

    Une autre article trés interessant. Deux petits points: en comparaison avec la France les prêts ëtudiants peuvent sembler moins coûteaux, mais jusqu’à les anneés 00 les étudiants reçevaient des bourses tout á fait gratuits, ainsi les frais d’enseignement . Donc, pour eux, l’education supérieure coûtent trés cher et c’est un sujet qui les agaçe beaucoup.
    Deuxiēme, les fromages. Je dois défendre le mouvement croissant pour les alimentations artisanaux dans la GB. Ici oú j’habite dans l’extrême nord de l’Angleterre il y a plusieurs crèmeries ou on fabrique une double douzaine de fromages artisanaux, y compris du chèvre, du brébis et du lait cru. La différence, je pense, c’est que la vente des fromages est trés régionale, donc on ne trouvera pas dans une fromagerie la gamme vaste qu’on trouve en France. Si vous habitez à Londres, allez chez Neal’s Yard Dairy dans le Covent Garden pour un goūt de la gamme des fromages britanniques.
    Je viens de trouver votre site aprés une copine de Facebook a posté le lien. Il me plaît bien ã lire des expériences d’une étrangère dans mon pays, ce qui donne des aperçus nouveaux sur la vie quotidienne en Angleterre.

    • Reply
      Gabrielle Narcy
      13/05/2017 at 12:27

      Merci beaucoup Pat pour vos précisions ! J’apprends quelque chose concernant les prêts étudiants, très intéressant. Concernant le fromage, c’est très vrai, la variété de fromages anglais évolue rapidement. D’ailleurs je suis même une grande fan des fromages anglais, et mes parents adorent en goûter le plus possible lorsqu’ils viennent me rendre visite ! Mais est-ce que cela équivaut à la variété de fromages français, produit qui tourne un peu à l’obsessions dans mon pays. Pour citer le Général de Gaulle, qui avait dit : “Comment voulez-vous gouverner un pays où il existe 258 variétés de fromage ?”. Le débat est ouvert ! 😉

  • Reply
    Elisa
    18/05/2017 at 20:04

    Eh bien moi je prefere les éponges anglaises moins dures que les nôtres – ceest l’horreur de faire la vaisselle en France maintenant ! Article sympa et plus oeifibal que je pensais! 🙂

  • Reply
    Gabrielle Narcy
    21/05/2017 at 12:14

    Merci Elisa, je suis vraiment heureuse que mon article te plaise ! Pour les éponges, tu économises des frais de port à tes proches 😀

  • Reply
    Mihaela
    03/07/2017 at 18:09

    J’ai adoré l’article! Moi, je préfère Paris, je trouve que c’est beaucoup plus dinamique, que les gens sont plus sympas, plus côté relax. En plus, j’adore les rues de Paris, l’architecture et les parcs amenagés Et pour le NHS, t’as raison. Je me bats en vain pour pouvoir voir de spécialistes, mais je suis “gentillement” refusé.

    • Reply
      Gabrielle Narcy
      04/07/2017 at 15:46

      Merci beaucoup Mihaela ! Oui, la NHS a un côté super (accès pour tous), mais voir des spécialistes relève du parcours du combattant… Où vis-tu au Royaume-Uni ? A très bientôt ! Gabrielle

    Répondre