Vivre au Royaume-Uni en dehors de Londres : 6 témoignages de blogueurs expats

J’ai vécu 5 ans à Londres, ville de mon coeur que j’adore toujours aujourd’hui, et où je m’étais jurée de revenir vivre un jour lorsque je l’ai quittée pour partir travailler à Lisbonne. La vie ne l’a pas voulu ainsi, et c’est dans une ville de province anglaise que j’ai finalement posé mes valises à mon retour du Portugal, pour rejoindre mon historien de mari, en poste à l’université de Leicester (350 000 habitants), dans la région des Midlands en Angleterre. Je suis donc tombée à Leicester par hasard, mais j’ai rapidement appris à y aimer ma vie, et à découvrir quels sont, selon moi, les avantages et les inconvénients à vivre au Royaume-Uni en dehors de Londres (que je résume d’ailleurs dans cet article). Il s’agit également de l’une des questions que l’on me pose le plus souvent sur le blog : “Je voudrais partir vivre en Grande-Bretagne, mais Londres est trop chère pour moi / je n’aime pas les très grandes villes : où vivre en dehors de Londres ?”.

Pour vous répondre plus en détail et vous aider à prendre votre décision, j’ai demandé à 6 de mes blogueuses de voyage préférées vivant au Royaume-Uni en dehors de Londres de vous parler de leur vie dans leur ville d’adoption. Elles vivent à York, Ipswich, Edimbourg, Belfast, Cambridge et Glasgow, et partagent leur expérience avec vous dans cet article. Un grand merci à elles de leur participation !

Et vous, dans quelle ville vivez-vous au Royaume-Uni, et qu’elle en est votre expérience ? Discutons !


York – Ophélie de Evil from Paradize

Vue sur la cathédrale de York. Crédit photo : Ophélie du blog Evil from Paradize

Après 3 ans dans le Lincolnshire anglais, j’ai débarqué à York pour y reprendre mes études. Je suis donc étudiante à l’University of York où je prépare le PGCE (un diplôme qui me permettra d’enseigner le français et l’espagnol dans le secondaire). Je n’ai donc pas eu besoin de chercher d’emploi, du moins, pas encore. York était mon premier choix en matière d’université et pour cause, je suis tombée amoureuse de cette ville après y avoir passé une journée en 2014 ! York a tout pour me plaire : c’est une petite ville dont l’histoire reste importante encore aujourd’hui. Les vieilles rues médiévales regorgent de joyaux en matière de cafés et de petites boutiques indépendantes, les musées y sont gratuits et chouettes, il y a de jolies balades à faire et se perdre au cœur des rues est un véritable plaisir ! La seule chose que je n’apprécie pas particulièrement, c’est que les rues sont bondées le weekend et que les Shambles, cette petite rue emblématique de la ville, perd tout son charme à cause des hordes de touristes qui s’y arrêtent ! Mais à part ça, York est un sans-faute à mes yeux pour le moment.
Personnellement, je n’aime pas les transports en commun du tout et ne les prends jamais. Fort heureusement, la vie est de taille suffisamment raisonnable pour que je puisse m’y balader sans la contrainte d’avoir à prendre le bus. Si jamais j’ai vraiment besoin de me déplacer autre qu’à pied, notamment quand je rentre d’un voyage, les taxis et les ubers sont pratiques et peu onéreux. Néanmoins, c’est vraiment rare que j’en profite.

Ipswich – Lucie de My Tour du Globe

Vue sur la Marina d’Ipswich. Crédit photo : Lucie de My Tour du Globe

J’habite à Ipswich dans la région d’East Anglia en Angleterre, c’est à un peu plus d’une heure de Londres en train. Une ville avec un superbe port de plaisance qui se trouve à une quinzaine de minutes de Felixstowe, le plus gros port de Grande Bretagne. J’habite donc près de la mer, enfin c’est la Manche donc pour la baignade on repassera. Ipswich est l’une des plus anciennes villes d’Angleterre, on y trouve plusieurs centaines de maisons classées et d’église médiévales (souvent reconverties en café ou centres culturels).
Je vis ici depuis Octobre 2016. Après presque 7 ans à Londres, j’ai eu besoin de changement et Ipswich est le premier endroit où j’ai eu une proposition d’emploi intéressante. Entre la prise de décision et le déménagement, il m’aura fallu moins de 2 mois donc c’était relativement rapide. Maintenant, je travaille à moins de 10 minutes à pied de chez moi (je peux même rentrer manger le midi!) dans une agence de digital marketing avec une très bonne ambiance et des clients intéressant. C’est un style de vie très différent de Londres mais auquel je me suis bien habituée.

Edimbourg – Sarah de French Kilt

Vue sur Edimbourg. crédit photo : Sarah du blog French Kilt

Voilà deux ans et demi que je vis à Edimbourg, la capitale de l’Ecosse. Il m’est toujours un peu difficile d’expliquer comment j’y ai posé mes valises : c’est tout simplement l’histoire de la fille qui a un coup de coeur trop lourd à porter, et qui change de vie du tout au tout, histoire de voir comment ça se passe. Le fait est que… Ca se passe bien. J’ai trouvé ma place dans une ville cosmopolite, rock’n’roll, où chacun peut être qui il veut. J’ai lâché mon boulot de journaliste pour venir travailler à mi-temps dans une auberge de jeunesse adorable tout en lançant French Kilt, un blog en français entièrement consacré à l’Ecosse. Parce que quand même, je ne pouvais pas imaginer arrêter d’écrire… Aujourd’hui, je travaille toujours dans la même entreprise mais mes fonctions ont beaucoup évolué et je travaille actuellement à plein temps. J’ai aussi pris, avec une insolente facilité, un statut de travailleur indépendant pour gérer les revenus liés à mon site internet et mon nouveau challenge professionnel : proposer des visites en Français de la ville d’Edimbourg.
Edimbourg est une vraie capitale européenne, avec ses hauts et ses bas : des prix de l’immobilier très chers, mais une très bonne connectivité aux autres grandes places européennes. Beaucoup de gens de passage, mais une vraie communauté culturelle, créative, puissante. Il faut bon être jeune à Edimbourg, il fait bon sortir, se frotter aux voisins, dévorer la ville. C’est une ville dont il est facile de tomber amoureux : l’accès à l’emploi pour les Européens (pour l’instant) est très simple car il n’y a quasiment pas de chômage. Comme la ville n’est pas très grande – un demi-million d’habitants – je fais tout à pied. Je m’essayerais bien au vélo mais… Il y a de sacrées pentes !

Belfast – Violaine de Vio Vadrouille

Une rue de Belfast. Crédit photo Violaine du blog Vio Vadrouille

Hello there, je suis Violaine, expatriée française à Belfast en Irlande du Nord depuis maintenant 4 ans. J’ai atterri dans cette jolie ville dans un premier temps pour le travail, ayant trouvé un job en call center en une semaine depuis la France. Il ne m’en a pas fallu plus pour faire mes valises ! Je comptais rester un an tout au plus, et puis finalement, j’y ai fait des rencontres et suis tombée sous le charme de la ville !
Trouver un emploi en call center au Royaume-Uni est très facile lorsque l’on parle français et que l’on a des bases d’anglais ; il y a constamment des postes vacants. Bien sûr, ce n’est le job des rêves de personne, cependant, cela est très pratique pour s’installer rapidement dans une nouvelle ville et faire des rencontres, avant de rebondir sur un autre job. Une fois sur place, j’ai trouvé un autre emploi peu de temps après dans une petite société locale avant de finalement finir à mon compte comme petit couteau suisse dans le marketing digital et la traduction.
J’ai tout de suite aimé Belfast en arrivant, lui trouvant un charme particulier. La ville est à taille humaine, ce que j’ai tout de suite beaucoup apprécié – ça me permet de prendre le bus ou de me rendre à pied partout où je souhaite aller ! Puis on se rend vite compte de son potentiel, de son centre-ville qui regorge de petits trésors cachés dans toutes les petites ruelles. De plus, l’Irlande du Nord est la partie du Royaume-Uni où le coût de la vie est le moins élevé, ce qui a ses avantages. En conclusion, je dirai que Belfast est une ville à laquelle on s’attache très rapidement !

Cambridge – Adrienne de Madam’Dree

Cambridge. Crédit photo : Adrienne du blog Madam’Dree

Je suis arrivée à Cambridge il y a deux mois car mon mari a trouvé un travail ici. Nous sommes venus à plusieurs reprises pour faire du repérage et découvrir la ville, et nous avons choisi de nous installer dans le quartier de Cherry Hinton au sud de la ville.
Sans même y avoir mis un pied, j’étais déjà très impressionnée par Cambridge à cause de sa réputation de ville universitaire et ses éminents scientifiques comme Newton, Darwin, Hawking… pour ne citer qu’eux. Je m’attendais vraiment à une ville immense, vaste, chargée d’histoire et de vieux bâtiments. En m’y installant j’ai découvert qu’elle était en fait « toute petite ». On y vit plutôt comme dans un grand village. On accède facilement au centre-ville, par le bus ou à pied, mais le plus simple reste à vélo. Ici, la plupart des gens se déplacent à vélo. Il faut dire que la ville est tout à fait adaptée avec ses 130 kms de piste cyclable !
On peut y mener une vie calme et paisible avec la campagne à proximité, les jolis chemins pour se promener dans la nature, prendre la voiture et aller en bord de mer. On peut aussi avoir une vie sociale très soutenue : les pubs, les deux salles de concert, les cinémas, la vie nocturne. On peut rapidement aller à Londres, ou encore se rendre à l’étranger depuis l’aéroport de Londres – Stansted, accessible par un train direct en 45 minutes, ou en voiture en 30 minutes.

Par contre, c’est une ville très chère pour se loger, il faut le savoir. De plus elle est en pleine expansion, de nouveaux quartiers résidentiels se construisent, tout comme de gros projets immobiliers (orientés business) en cours également. C’est un peu la Silicon Valley anglaise. Si Cambridge est réputée pour ses Universités, beaucoup d’entreprises y sont également installées. Dans le domaine informatique : Microsoft, Qualcomm, ARM, IBM, et j’en passe, ou encore dans le domaine de la pharmacologie comme AstraZeneca, par exemple. Autant dire que lors des MeetUps ou autres, on rencontre beaucoup de PostDoc, Professeurs, Chercheurs, ou Développeurs.
Quant à la météo, hé bien, elle change très vite ! On passe très rapidement d’un beau ciel bleu à une averse chargée. Mais cela reste normal pour une ville anglaise ! Mais disons qu’on sent bien qu’on n’est pas « si » loin de la mer, il y a souvent du vent.
Concernant la vie professionnelle, de mon côté je suis Social Media Manager en freelance, je travaille généralement de la maison, mais j’aime également aller m’installer dans des pubs / cafés avec mon pc. Je pense également tester les nombreux espaces de coworking de la ville. Mon mari, lui, va au travail en vélo. Il trouve ça très agréable. On sent vraiment qu’il est possible d’avoir un équilibre work/life balance dans cette ville, c’est très important pour nous et nous nous y sentons très bien.

Glasgow – Justine de French Kilt et Language Distillery

Le quartier du West-End à Glasgow. Crédit photo : Justine du blog French Kilt.

Justine, originaire de région Parisienne, expatriée à Glasgow depuis un an et demi. J’ai beaucoup voyagé pendant mes études : en Espagne, en Russie, au Royaume-Uni… A l’image de la génération Erasmus, je suis atteinte d’une bougeotte aiguë.
Après un an de CDI à Paris, dans une grande boîte du CAC, l’envie de repartir s’est fait sentir. Mon conjoint était partant. On s’est tous les deux mis à la recherche d’un VIE dans un pays anglophone, avec une petite préférence pour le Royaume-Uni. Une seule exigence : tout sauf Londres ! Je n’avais pas envie de refaire ma vie dans une autre capitale bondée et hors de prix. Je rêvais d’un entre-deux, d’une ville dynamique avec une belle offre culturelle, mais où mon train de vie serait moins stressant. Lorsque mon conjoint m’a annoncé qu’il venait de décrocher un poste à Glasgow, dans une entreprise de whisky (ben oui, autant vivre l’aventure écossaise jusqu’au bout), j’étais à la fois enchantée et un peu inquiète.
Je suis arrivée à Glasgow en novembre 2016, je ne regrette absolument pas mon choix. J’habite dans le quartier du West-End, étudiant et branché, où les bars et restos sont légion. Mon appartement fait 70 mètres carrés, pour 725 pounds. J’ai sacrément gagné au change de ce côté là ! Plein de verdure aussi, avec le Kelvin Park, le Glasgow Green… Tous les musées sont gratuits, je vais au théâtre une fois par mois et à l’opéra. Pour les amateurs de musique, Glasgow est “the place to be”. Les plus grands se succèdent dans les salles de concerts glasgvégiennes, qui ont aussi à coeur de faire découvrir de nouveaux artistes britanniques. Et tout ça pour quelques pounds seulement.

Il y a quand même deux choses qui me déplaisent à Glasgow. D’abord le système de santé, très précaire par rapport à la sécurité sociale française, et la conduite dangereuse des automobilistes. Mais il s’agit de problèmes communs à l’ensemble du Royaume-Uni, pas uniquement à l’Ecosse. Je me déplace majoritairement en train, même si on a ramené notre vieille Clio de France l’été dernier. La vérité c’est que je n’arrive pas à conduire à gauche, je m’emmêle les pinceaux et je manque de prendre les ronds-point à l’envers. Heureusement, mon conjoint y arrive très bien. Pratique pour s’évader au coeur des grands espaces écossais, le week-end.
Il m’a fallu 3 jours pour trouver du travail dans un café et 6 mois dans mon domaine de prédilection, la communication. Il est relativement facile de trouver un boulot à Glasgow, surtout dans le domaine de l’informatique, du recrutement et de la finance. Pour le reste, il faut s’armer de patience mais on finit par y arriver. Mon conseil ? Démarcher les agences de recrutement, qui servent d’intermédiaire entre les entreprises et les candidats. En plus de mon poste en agence digitale, je travaille comme traductrice freelance pour des grandes entreprises de spiritueux. Bon à savoir, il est très facile de combiner le statut d’employé et d’auto-entrepreneur au Royaume-Uni.


Rendez-vous sur la page « Services » de mon blog pour tout savoir sur mes séances d’aide à l’expatriation

Un projet de vie expat au Royaume-Uni ? Je suis disponible pour vous aider dans votre projet de vie à l’étranger, quel qu’il soit, et propose des séances d’aide et de discussion par Skype à un prix abordable. Je peux vous aider, en une ou plusieurs séances, à répondre aux questions que vous vous posez : que sait-on du Brexit jusqu’à présent et cela affecte t-il votre départ dans le pays, comment louer un logement au Royaume-Uni (dossier, agences immobilières etc), avez-vous besoin d’un visa pour travailler au Royaume-Uni, quelles sont les démarches indispensables à prévoir avant le départ, comment s’y prendre pour trouver un travail, avez-vous besoin de souscrire à une assurance santé ? Partir vivre en Angleterre ou au Royaume-Uni, c’est souvent se poser toutes ces questions ! Je vous guide pas à pas, par le biais de discussions Skype et d’emails de suivi comprenant tous les liens importants. Je propose également des cours d’apprentissage de l’Anglais de tous les jours, ou relatif à votre domaine professionnel. Envoyez-moi un email à l’adresse gabrielle@lalleedumonde.com pour me parler de votre projet, et discutons-en. Pour en savoir plus, rendez-vous sur cette page !

Vous pourriez également aimer les articles suivants :

Découvrez également mes récits de voyage, que j’écris depuis 7 ans, et qui évoquent tous les points mentionnés dans les différents articles présents sur l’Allée du monde.

Ecrit par :
Lire la suite Gabrielle Narcy

Devenir freelance en Angleterre : le petit guide du débutant

Après 7 années à travailler comme salariée pour différentes entreprises au Royaume-Uni...
Lire la suite

8 Commentaires

  • Ohlala, merci tout plein pour cet article passionnant ! J’ai adoré lire tous ces témoignages, car je ne trouve aucun livre récent consacré au sujet de l’expatriation au Royaume-Uni hors Londres, ce qui est assez frustrant. Je suis donc très demandeuse de ce genre de retours d’expérience. Ça donne envie !!

    • Bonjour et merci beaucoup pour ton commentaire ! je suis très heureuse que cet article t’aide, je trouve en effet qu’il y a trop peu de ressources sur la vie au Royaume-Uni en dehros de Londres, ce qui est très dommage car beaucoup d’étrangers choisissent de s’expatrier dans le reste du pays. J’ai aussi publié cet article à ce sujet, si cela peut t’aider : http://www.lalleedumonde.com/vivre-au-royaume-uni-en-dehors-de-londres-10-choses/, et de nombreux autres articles sur le Royaume-Uni en général sur mon blog. Envisages-tu de partir vivre au Royaume-Uni ? A très bientôt, Gabrielle

  • C’est sympa de lire des articles comme ça sur le royaume Uni ! Moi même expat depuis 2010, pour rien au monde je ne retournerai en France ! J’adore les anglais et leur façon d’être et de vivre.

    • Avec grand plaisir ! Je pense faire une deuxième édition avec des blogueurs vivants dans d’autres villes, je te ferai signe, sans faute ! Jersey et York… De magnifiques endroits 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *