[Chronique expat] Vacances d’été en France : de la douceur de me sentir française en France

Cela fait bien longtemps que je n’avais pas été bercée par le bruit des cigales et la douceur de la France. Assise au bord de la piscine de ce bel hôtel en Provence où j’ai la chance de passer quelques jours en famille, je profite de cette pause bienvenue après une année à toute allure pour me ressourcer dans ce havre de paix qui invite à la sérénité la plus totale. Bien sûr, vous me direz que se sentir serein dans un tel endroit est quelque chose de bien naturel. Il est parsemé d’oliviers, de pins odorants et d’allées bordées de lauriers roses. Il est bercé par le chant incessant des cigales et le clapotis des piscines azur longées de parasols.

Mais la beauté du lieu seule ne peut expliquer mon sentiment d’apaisement. Ce sentiment de bien-être que je ressens est plus profond que celui que l’on éprouve lorsque l’on profite de quelques jours de vacances tant attendus dans un endroit magnifique. C’est un sentiment rare que je n’ai pas souvent l’occasion d’éprouver. Celui de l’expatriée qui se sent chez soi dans le pays de son enfance. Car si je rentre en France plusieurs fois par an pour voir ma famille, en région parisienne et parfois dans ma belle Normandie, cela faisait bien des années que je n’avais pas pris de vacances en France pour le simple plaisir d’admirer la beauté de ses paysages. Lorsque je peux prendre des vacances, je préfère souvent à la France des destinations étrangères, par attrait pour le voyage et les découvertes.

Pour la première fois depuis longtemps, je suis en France pour des vacances, des vraies. Et je me sens chez moi. J’observe les Allemands, les Britanniques, les Américains et les Japonais qui partagent le même hôtel. Je les regarde tenter de parler quelques mots de français pour faire plaisir au personnel ou pour pratiquer ces quelques phrases qu’ils connaissent. Je les écoute dire à quel point ils aiment la France et y venir en vacances. John, un américain de New York parlant un français presque parfait, vient dans cet hôtel en Provence trois semaines par an depuis des années. Et au bout de deux jours, ce sentiment peu familier m’a frappé : pour une fois, je ne suis pas l’étrangère, l’expatriée, l’immigrée. Je suis chez moi, je communique facilement dans ma langue, je connais les règles du comportement social, je comprends le menu. Même si je suis à présent un peu « moins française » dans mes comportements que je ne l’étais avant mon départ de France il y a huit ans (ce que certains Français remarquent parfois avec amusement lorsque j’emploie le mauvais mot ou que je me comporte « comme une anglaise » dans certaines situations), tout me semble plus facile. Et tout ce qui m’entoure possède le goût de mon enfance, cette saveur unique qui s’évapore doucement avec le temps.

Assise au bord de l’eau en tailleur sur une chaise longue, j’écris cet article d’une seule traite, seule au monde au bord d’une piscine désertée par les vacanciers, Français et étrangers, partis regarder le football dans les bistros du coin. Au loin, j’entends les chants et les klaxons de Français euphoriques : les Bleus viennent de remporter un match de 8ème de finale contre l’Uruguay pendant la Coupe du monde. Cette fois-ci, j’ai la chance de pouvoir être dans mon pays d’origine alors qu’il célèbre une victoire collective et, même si je ne m’intéresse pas au football, cela me fait du bien de faire partie d’un moment fort pour beaucoup de Français en étant là, bien présente. Me sentir française en France, et non française au Royaume-Uni, aux Etats-Unis ou au Portugal, cela fait bien longtemps que cela ne m’était pas arrivé. Ce n’est qu’une parenthèse à quelques jours de mon départ pour la Californie pour deux mois, à mon retour en Angleterre en septembre, mon autre pays de cœur où je me sens chez moi aussi, ou au début possible d’une nouvelle vie en Irlande à partir d’octobre. Avant de reprendre mon marathon de vie internationale qui m’est cher et qui fait partie de qui je suis, je savoure ce moment rare. Me sentir chez moi, française, dans mon pays d’origine.


Un projet de vie expat ou un changement de vie professionelle en vue ? Je suis disponible pour vous aider dans votre projet de vie à l’étranger, quel qu’il soit, et propose des séances d’aide et de discussion par Skype. Je propose également des cours d’apprentissage de l’Anglais de tous les jours. Pour en savoir plus, rendez-vous sur cette page !

Vous pourriez également aimer les articles suivants :

Découvrez également mes récits de voyage, que j’écris depuis 7 ans, et qui évoquent tous les points mentionnés dans les différents articles présents sur l’Allée du monde.

Ecrit par :
Lire la suite Gabrielle Narcy

Oxford & Cambridge : petit guide pour visiter les universités anglaises

Je vis en Angleterre depuis presque 7 ans, et deux de mes...
Lire la suite

2 Commentaires

  • Bonjour!

    J’aime beaucoup votre blog très riche et intéressent!!!

    La vie d’expatriés est pleine de découverte qu’elle quelle soit au niveau de la culture la langue des traditions du pays également, mais encore la mentalité qui change d’un pays à un autre même d’une ville à une autre.
    Moi qui voyage beaucoup je m’y retrouve énormément dans ces écrits.
    Pour ma part c’est un plaisir et une richesse de voyager car l’on rencontre des personnes qui peuvent beaucoup nous apporter nous apprendre certaines valeurs tel que la simplicité ou autre.
    Mais encore des rencontres avec certain paysage que l’on oubli pas…

    Perly.G

    • Bonjour et merci pour ce si joli commentaire ! Je suis vraiment heureuse que mon blog te plaise. Tu as bien raison, vivre à l’étranger est une bien belle aventure et surtout l’occasion d’apprendre et je l’espère de devenir plus tolérent envers l’Autre : observer et comprendre les différences culturelles que l’on découvre en posant ses valises dans un autre pays ! Bonne continuation 🙂 A très bientôt, Gabrielle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *